Vœux du Président
janvier 2, 2018
Q-SourcingServtec certifié ISO 9001:2015
mars 27, 2018
Show all

Total Ouganda & QSourcingServtec

200 soudeurs à la raffinerie de pétrole s’entraînent pour le travail

Une nouvelle compagnie pétrolière française Total E & P et l’agence de coopération allemande GIZ ont annoncé hier un partenariat qui permettra aux soudeurs ougandais d’obtenir une formation avancée en soudage et fabrication connexe pour le pipeline d’exportation de pétrole brut proposé et pendant la construction des installations en amont de l’Albertine Graben.
Selon le directeur général de Total E & P, Adewale Fayemi, la mise en œuvre du programme de formation commencera avec au moins 200 soudeurs, alors que le pays se prépare pour la prochaine phase de développement menant à la production commerciale de pétrole, mais continuera tout au long.
« Ces compétences ne sont actuellement pas disponibles dans cette partie du monde », a déclaré M. Fayemi lors du lancement du programme à Kampala ».
« Mais de plus, les mêmes compétences seront nécessaires pour d’autres projets tels que la raffinerie, mais une fois acquis, les Ougandais peuvent également travailler à l’étranger », a ajouté M. Fayemi.
Le soudage est essentiel pendant la phase de développement, les compagnies pétrolières Total E & P et CNOOC en Chine établissant des installations pour le pompage d’huile commerciale. Le gouvernement et les compagnies pétrolières se sont fixés un objectif ambitieux pour 2020, que beaucoup de critiques et certains initiés disent irréalisable compte tenu des lacunes persistantes dans les infrastructures.
Les projections montrent que les compagnies pétrolières doivent investir environ 8 milliards de dollars) dans l’infrastructure requise pour la production. Il s’agit en outre de la raffinerie de pétrole de 4 milliards de dollars (Shs13trn) et d’un oléoduc de pétrole brut de 3,5 milliards de dollars (Shs11trn) en Tanzanie. Une enquête de référence de 2014 commandée par les compagnies pétrolières et le gouvernement a montré que plus de 150 000 emplois devraient être générés à mesure que le secteur pétrolier se prépare à la production. Le rapport indique que la demande d’emplois directs augmentera vers la deuxième année de développement et culminera à 13 000 emplois directs la troisième année, avant de tomber progressivement à 3 000 emplois la cinquième année.
L’enquête a également montré que 15% de la main-d’œuvre totale nécessaire seraient des ingénieurs et des cadres, 60% des techniciens et des artisans et 25% des personnes sans formation.


Avantages :
Vingt-cinq secteurs ont été mis en évidence pour des opportunités indirectes dans la construction de routes, la restauration, la vente, la fabrication de meubles, l’approvisionnement alimentaire, les services de sécurité, les agences de main-d’œuvre et la maintenance générale, entre autres.
Selon le régulateur de l’industrie pétrolière de l’Ouganda (PAU), certains champs sont délimités pour les Ougandais en fonction de leur niveau de préparation avant d’être sous-traités.
Le directeur exécutif du PAU, Ernest Rubondo, a déclaré hier que le gouvernement considérait la participation des Ougandais dans le secteur pétrolier et gazier comme « un aspect très important et le soutenait principalement sous cinq angles: développement des compétences, développement de l’esprit d’entreprise, approvisionnement efficace et transparent, du contenu national et partage de la recherche et de la technologie.
« L’événement d’aujourd’hui aborde des aspects de cet effort qu’est le développement des compétences et le développement de l’entrepreneuriat », a-t-il ajouté.
Total et GIZ ont fait appel à Q-SourcingServtec, une société de gestion de ressources humaines et de projets, pour offrir des cours de maniement avancé, en particulier dans l’Albertine Graben. Le directeur général de Q-SourcingServtec, Patrick Mbonye, ​​a déclaré que la priorité sera donnée aux individus qui ont fait un usage rudimentaire pendant au moins deux ans et qui ont un certificat de n’importe quelle institution professionnelle.
M. Mbonye a indiqué que le programme commencera dans le district de Lwengo, où l’oléoduc traverse la Tanzanie et sera ensuite déployé dans le district de Buliisa. Il a dit qu’ils travaillaient avec les fonctionnaires du district pour identifier les individus appropriés pour la formation.
Le problème majeur pour de nombreux Ougandais d’obtenir des emplois dans le secteur naissant du pétrole a été la perception d’être qualifié mais encore à moitié cuit. Le secteur pétrolier est si personnalisé que vous n’êtes qualifié que si vous êtes certifié par une institution reconnue, qui devrait idéalement être tenue pour responsable si l’intégrité ou la compétence au travail ne s’additionne pas.

No announcement available or all announcement expired.